Information

Entomologie agricole: puceron gris du pommier

Entomologie agricole: puceron gris du pommier


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Classification et plantes hôtes

Classe: Insectes
Ordre: Rincoti
Sous-ordre: Homoptères
Famille: Pucerons
Genre: Dysaphis
Espèce: D. plantaginea Pass.

Référence bibliographique:
Phytopathologie, entomologie agricole et biologie appliquée” – M.Ferrari, E.Marcon, A.Menta; Edagricole scolaire - RCS Libri Spa

Plantes hôtes: pommier.

Identification et dommages

Le phytophe gris (puceron du frêne) est l'un des phytophages les plus dangereux pour le pommier. Les adultes de cet insecte ont une taille d'environ 3 mm, une couleur gris-violet et sont recouverts d'une couche cireuse grisâtre avec un aspect poudreux et pruineux.
Les stades juvéniles sont plus clairs, tendrement rosâtres. Ils vivent en colonies sur les pousses et sous les feuilles; leurs morsures nutritionnelles provoquent un curling des feuilles grave et irréversible; dans les pousses, des déformations et un arrêt du développement se produisent, avec une perte conséquente du cimal. Le puceron gris pique également les fleurs et les fruits pendant la phase de nouaison. Sur les fleurs, il provoque des avortements et des fuites de fleurs: sur le fruit il y a des malformations graves, de plus elles restent plus petites et, par conséquent, sont commercialement très dépréciées. Une attaque précoce, pendant la phase de nouaison, peut également provoquer la chute du fruit. Les dégâts décrits sont également aggravés par une production abondante de miellat qui endommage la végétation à la fois directement (provoque l'asphyxie, effet de combustion lente) et indirectement, en raison de l'établissement de champignons saprophytes (fumaggini) qui induisent également l'efficacité photosynthétique des feuilles .

Cycle biologique

Le puceron gris est un insecte à cycle dioïque; le pommier est l'hôte principal, les plantes du genre Plantago sont plutôt des hôtes secondaires.
Linsetto hiverne, sur le pommier, au stade de l'oeuf; il est de couleur noirâtre et se dépose sur les branches des plantes hôtes.
Au printemps, généralement en mars-avril, naissent les fondateurs parthénogénétiques, qui donnent naissance à des générations de fondatrigénie (jusqu'à 3-5 générations) toujours sur le pommier. Les fondateurs donnent naissance directement aux nymphes. Ces générations attaquent les pousses dès le bourgeonnement et se poursuivent jusqu'au début de l'été (juin et parfois même juillet). Par la suite, les premiers migrateurs ailés apparaissent, qui se dirigent vers l'hôte secondaire (gen. Plantago), où ils réalisent quelques générations estivales (toujours parthénogénétiques).
A la fin de l'été, au début de l'automne, les sessupare se sont formés et ont migré à nouveau vers l'hôte principal (Melo), dont les amphigoniques sont originaires; les femelles de ces derniers pondront leurs œufs pour l'hivernage.

Puceron gris du pommier - Dysaphis plantaginea Passer. (photo www.sopra.admin.ch)

Dommages aux fruits causés par le puceron gris du pommier (photo www.inra.fr)

Bats toi

La lutte contre le puceron gris est principalement chimique; Le puceron est trop dangereux même en présence très faible (les dégâts et donc les seuils d'intervention sont très faibles). Les dégâts, souvent importants et irréversibles, conseillent de traiter quand même, de manière préventive ou à l'apparition des fondateurs, en pré-floraison ou en fin de floraison (chute des pétales).
Dans les étapes ultérieures des grappes, jusqu'au fruit-noix, il est conseillé d'échantillonner les pousses; l'intervention est pratique même avec la présence de seulement 1 ou quelques formes mobiles, ou avec des dommages de miellat. Les ennemis naturels du puceron sont nombreux, mais ils ne peuvent pas contrôler les populations du phytophage tant pour son seuil d'endommagement très bas que pour la dyscrasie des cycles biologiques (les ennemis naturels ne sont présents en masse qu'au début de l'été, lorsque le plus grand dommage est déjà fait). Les traitements au début du printemps ne sont donc pas particulièrement nocifs pour la biocénose utile. Les ennemis naturels de ce puceron, comme tous les autres pucerons, sont:
- Coléoptères coccinellidés (prédateurs): Adalia bipunctata, Coccinella septempunctata et C. decempunctata, Scymnus spp., Harmonia conglobata et autres;
- Neuroptera Chrysopid: Chrysopa carnea;
- Cecidomidi Diptera: Aphidoletes aphidimyza;
- Sirphid Diptera, excellents prédateurs, au stade larvaire, des pucerons;
- Hyménoptères parasitoïdes du genre Ephedrus et Aphidius;
- Acariens prédateurs du genre Allothrombium.
Les traitements insecticides effectués au printemps-été (à partir de mai) doivent tenir compte de la présence éventuelle de ces ennemis naturels; le choix des principes actifs doit être fait en essayant de sauvegarder autant que possible la présence de biocénose utile.


Vidéo: Soins des arbres fruitiers en hiver: le badigeon de cendres (Mai 2022).