Information

Tournesol Helianthus annuus L. - Plantes industrielles - Plantes herbacées

Tournesol Helianthus annuus L. - Plantes industrielles - Plantes herbacées


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Classe: Dicotyledonae
Famille: Astéracées
Sous-famille: Asteroideae
Tribu: Heliantheae
Espèce: Helianthus annuus L.

Français: Soleil; Anglais: tournesol; Espagnol: Girasol, yerba de sol; Allemand: Sonnenblumen

Origine et diffusion

Le tournesol est une plante d'origine américaine: le Pérou selon certains chercheurs, le Mexique selon d'autres. Elle a été introduite en Europe dans les premières décennies des années 1500 (notamment en tant que plante ornementale), prenant cependant une certaine importance en tant que plante oléagineuse seulement au XVIIIe siècle. A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, elle eut une diffusion notable notamment en Russie. Aujourd'hui, il est largement cultivé dans le monde entier, à tel point qu'il occupe actuellement la deuxième place, après le soja, parmi les plantes oléagineuses. En Italie, il est principalement présent dans le centre de l'Italie. Les variétés actuellement sélectionnées donnent des akènes contenant encore plus de 45% d'huile. Les formes cultivées de Helianthus annuus L. sont divisées en deux groupes: l'un adapté à la production de graines et de fourrage, comprenant des plantes monocéphaliques et à gros akènes, et l'autre à la production de fleurs ornementales, caractérisées par des plantes ramifiées et policières.

Fleur de tournesol - Helianthus annuus L. (photo Elena Nelli)

Caractères botaniques

Le tournesol est une plante annuelle de grand développement, avec une longue racine pivotante sur laquelle s'insèrent les racines latérales. La tige peut atteindre des hauteurs considérables: dans les variétés oléagineuses jusqu'à environ 2 mètres. La tige est dressée et ce n'est qu'à maturité qu'elle se courbe dans la partie terminale en raison de l'augmentation du poids de l'inflorescence. Les feuilles sont insérées sur la tige, rugueuses des deux côtés, munies d'un long pétiole et de forme différente selon la position; ils sont opposés jusqu'à la 2ème-3ème paire, tandis que plus tard ils sont alternés. La tige se termine par des fleurs lymphatiques ou des calatides, dont les dimensions varient considérablement (en moyenne 10 à 40 cm de diamètre). Cette inflorescence est caractérisée, extérieurement, par une couronne de fleurs stériles (à grosses ligules jaunes considérées à tort comme constituant la corolle) dans laquelle sont insérées toutes les autres hermaphrodites, plus petites, fertiles; le nombre total de fleurs varie de 500 à 3 000 jusqu'à un maximum de 8 000 dans les variétés non oléagineuses. Les fleurs s'ouvrent de manière scalaire, avec un motif centripète. Après la fécondation, un fruit sec indéhiscent se forme, appelé achénium (appelé à tort graine), de taille et de forme variables (1000 graines pèsent 60 à 90 grammes). L'huile contenue dans le chenène représente en moyenne 40 à 50% du poids de la graine.
La caractéristique du Tournesol est l'héliotropisme, c'est-à-dire le fait de suivre le mouvement de la lumière pendant la journée; ce phénomène, qui affecte l'inflorescence pendant la phase de développement et les jeunes feuilles, cesse avec la floraison, à tel point qu'à partir de ce moment, la plupart des fleurs restent orientées est sud-est.

Champ de tournesol - Helianthus annuus L. (photo Mario Giannone)

Besoins environnementaux et variétés

Dans le cycle (qui peut durer d'un minimum de 85-95 jours pour les nouvelles variétés ou les nouveaux hybrides à 130-140 jours, jusqu'à un maximum de 180, pour les anciennes populations) on distingue les phases suivantes: germination, urgence, formation des feuilles, différenciation des boutons floraux, croissance active, floraison, formation de graines et remplissage et maturation.
Bien que caractérisé par une consommation d'eau élevée, le tournesol parvient, en cas de pénurie d'eau, à exploiter la luminosité des couches profondes grâce au remarquable développement capillaire du système racinaire (jusqu'à 1,5-2 mètres). Le tournesol est une plante de renouvellement typique adaptée à la culture sèche, dans des sols à bonne capacité en eau et profondément travaillés dans les régions centrales où les pluies estivales sont irrégulières mais ont une certaine consistance. dans les régions du sud, qui sont trop arides, le tournesol ne peut être cultivé qu'à l'aide de l'irrigation. Il tolère les températures basses et élevées.
En ce qui concerne le sol, ceux qui sont trop meubles parce qu'ils sont incapables de retenir l'eau et ceux qui sont trop lourds, surtout s'ils sont mal préparés et sans structure, doivent être évités. Le pH doit être d'environ 6-7,2.
Les variétés et hybrides disponibles sur le marché aujourd'hui sont différents et se répartissent, selon la durée du cycle biologique, en précoce, moyen et tardif.

Technique de culture

Plante de renouvellement typique, c'est un excellent préparateur de blé. Il a un cycle printemps-été très court et laisse le sol dans de bonnes conditions de fertilité grâce à l'abondance des résidus de culture. Une fois développé, il a une remarquable capacité à étouffer les mauvaises herbes. Entre une culture et une autre, il est conseillé de laisser un intervalle de 6 à 7 ans. Dans le centre-sud, il est possible d'utiliser le tournesol comme culture intermédiaire (avec irrigation). Compte tenu de la capacité de pénétration limitée des racines, un labour (généralement en été) à une profondeur considérable (50-60 cm) ou un traitement en deux couches est nécessaire. Le sol dans les 6-8 premiers cm doit être bien géré.
En Italie, le semis est effectué dans la première quinzaine d'avril au Nord, vers la fin mars au Centre et au plus tard à la mi-mars au Sud. Le semis se fait en rangs espacés de 60 à 70 cm, avec semoir de précision, en prenant soin de distance de semis de manière à avoir 4 plants par mètre carré (4-6 kg / ha) sans éclaircie.
Le tournesol est exigeant en N, légèrement en P et très en K. Après germination, le désherbage peut être utile. Pour lutter contre les adventices, nous avons généralement recours au désherbage, qui peut être anticipé (hiver), en pré-semis, en pré-urgence ou en post-urgence.

Collecte et utilisation

La récolte commence avec la chute spontanée de l'enveloppe florale portée par le fruit, la coloration brune de la calatide et la sécheresse complète des feuilles basales et d'une partie des feuilles du milieu. Des moissonneuses-batteuses de blé correctement modifiées sont utilisées. Une bonne production d'akènes est d'environ 20-25 quintaux par hectare; dans des conditions très favorables, il peut atteindre 35 à 40 quintaux.
À partir de 100 kg de graines de tournesol, 35 à 40 kg d'huile sont obtenus, avec une bonne valeur alimentaire, une bonne durée de conservation et une bonne stabilité. De l'extraction de l'huile, il y a comme résidu un tourteau de protéines très riche qui est utilisé dans l'alimentation zootechnique.

Graines de tournesol (site photo)

Adversité et ravageurs

La grêle peut causer des dommages importants tout au long du cycle végétatif, provoquant des malformations de la tige, des lacérations des feuilles et la chute des graines à maturité. Les pertes de production, en particulier dans le Sud, dues à la sécheresse sont également importantes.
De nombreuses mycoses peuvent endommager le tournesol, notamment: le mildiou (Plasmopara helianthi), la pourriture carbonique de la tige (Sclerotium bataticola sin. Macrophomina phaseolina), la pourriture de la tige et la calatide (Sclerotinia sclerotiorum), la rouille (Puccinia helianthi), des taches foliaires (Alternaria alternata), de la moisissure grise (Botrytis spp.), du loidium (Erysiphe cichoracearum) et de la pourriture des calatides (Erwinia carotovora var. carotovora).
Les insectes ne se révèlent pas particulièrement nocifs pour le tournesol; ceux qui ont une certaine importance sont les elateridae (Agriotes spp.), les agrotidés (Agrotis spp.), les collemboles (Sminthurus viridis) et le papillon géométrique Gymnoscelis pumilata. Les oiseaux peuvent causer des dommages modérés à la culture, en particulier pendant la phase de maturation.


Vidéo: Tournesol (Mai 2022).